La géométrie pour les gourmands

Ecrit par Fanny

Quand j’étais à l’école, la géométrie m’était bien difficile, surtout la partie sur les solides. La géométrie dans l’espace avait pour moi un goût amer… 

Pssst… Même les élèves en difficulté arrivent à compter facilement les arêtes (piques à brochettes) et les sommets (guimauves), puisque c’est du réel et qu’ils peuvent toucher.

J’ai eu envie de donner plus de « saveur » à ma séquence en introduisant… des guimauves !

cube (1)

Des solides en guimauves !

D’où vient l’idée et comment la mettre en place dans votre classe ?

La naissance de l’idée

Il y a quelques années, alors que je farfouillais sur internet, je suis tombée sur un site américain montrant des constructions faites à partir de piques à brochettes et de guimauves.

Ni une ni deux j’ai mis cette trouvaille dans un coin de ma tête jusqu’au moment fatidique de la première séance sur les solides !

triangle

1 paquet de piques à brochettes + 1 sachet de guimauves et c’est parti !

Le principal souci des exercices de manipulations c’est… le matériel !

Il souvent difficile à trouver, parfois trop cher… ! Avec cette activité le problème est résolu.

atelier-guimauves

On peut mettre en place l’atelier dès demain.

Il suffit d’un ou deux paquets de piques à brochettes et de plusieurs paquets de guimauves (cela dépend du nombre de petits gourmands  que vous avez classe !)

Le déroulement d’un atelier

La mise en place est très simple. Je forme des petits groupes (5 à 6 élèves maximum) et je leur lance le défi de construire 3 solides le plus rapidement possible.

solide

Je leur impose la construction du cube et du pavé droit.

Le 3ème solide à construire est au choix. Attention les propriétés de ces solides doivent être respectées !

Et c’est parti, les élèves se lancent avec motivation dans cette activité, langue pendante !

22

Les enfants mesurent et assemblent avec application.

Ils mesurent les piques à brochettes, les coupent puis les assemblent grâce aux petits cubes de guimauve.

44

Je prends leurs constructions en photo.

En prolongement, on peut imaginer faire une exposition avec les clichés de leurs oeuvres. On peut aussi lier cette activité avec les arts visuels.

Et surtout… après l’effort le réconfort : on peut déguster !

Je m’appelle Fanny, je suis enseignante suppléante depuis 4 ans dont 3 en CM1. Je partage mes trouvailles et mes documents en espérant qu’ils puissent aider d’autres personnes.

Crédits photo : La classe de calliplume

D'autres antisèches par ici :
Article précédent :
Claude Ponti raconte l’école
Article suivant :
Simplifiez-vous la dictée