BENEYLU LIVE
La nouvelle inscription des élèves arrive bientôt ! | Le journal a repris sur Beneylu School | Les écoles d'Issy-les-Moulineaux rejoignent Beneylu | La nouvelle navigation de Beneylu School sur mobile facilite la vie des parents ! | Beneylu Pssst a un nouveau look :) | La nouvelle inscription des élèves arrive bientôt ! | Le journal a repris sur Beneylu School | Les écoles d'Issy-les-Moulineaux rejoignent Beneylu | La nouvelle navigation de Beneylu School sur mobile facilite la vie des parents ! | Beneylu Pssst a un nouveau look :) |
REJOIGNEZ-NOUS Suivez Beneylu sur Facebook Suivez Beneylu sur Twitter
Article

Beneylu School emballe les écoles rurales

Beneylu School se généralise bien en milieu rural. 43 départements parmi lesquels le Cantal, le Loiret et l’Aveyron, sont déjà lancés. Pourquoi ça marche ? Quels sont les acteurs à réunir ? Qu’en pensent les professeurs ?

Crédits photos : Photographe MOKRANI

Nous avons interrogé Jean-Philippe Lavigne, DSI du Département du Cantal.

1. Qu’est-ce qui vous a donné envie de lancer un ENT pour les écoles primaires ?

Les remontées du terrain étaient évidentes. Quand on les interroge sur l’école, 99 % des maires répondent qu’ils souhaitent faire entrer l’école dans l’ère du numérique avec un accompagnement pour être sûr de ne pas se tromper.

En milieu rural, l’école à l’ère du numérique est un beau slogan qu’il faut concrétiser pour éviter un décalage avec les pratiques sur le terrain. Nous avions la structure fédératrice pour monter le projet : l’agence technique départementale Cantal Ingénierie et Territoires (CIT).

2. Quels sont les acteurs à réunir ?

On part d’un projet pédagogique auquel on ajoute les équipements, les usages et l’assistance technique. Il faut savoir comment faire vivre les usages et travailler avec les ERUN pour qu’ils puissent accompagner les écoles.

Nous nous occupons de l’équipement, l’éducation nationale des usages. Nous avons donc établi une convention signée par le département, par l’agence technique, le rectorat et la DSDEN.

3. Pourquoi choisir Beneylu School ?

Une de nos attentes à l’agence technique départementale “Cantal Ingénierie et Territoires”, était d’avoir un ENT fait pour le 1er degré, une vraie plateforme pour les enfants d’aujourd’hui. Nous avons découvert Beneylu School à Ruralitic. Notre ENT pour l’école primaire était là !

Benjamin, co-fondateur de Beneylu, présente Beneylu School. Crédits photos : Photographe MOKRANI

Nous apprécions le côté simple, naturel et spontané de l’équipe Beneylu. Ils sont très disponibles, les interventions sont efficaces et sympathiques. Les ERUN ont des échanges au quotidien et sont très satisfaits. Avec Beneylu, il n’y a pas de langue de bois. Nous avons de très bons retours, je souhaite cela avec tous nos fournisseurs !

4. Donc, c’était jouable de monter un projet d’ENT dans le Cantal ?

Oui, car il y a la volonté d’une continuité de l’ENT premier et second degré. Nous sommes convaincus des usages d’un ENT, on sent l’intérêt monter du terrain. Le bon sens paysan et les pieds sur terre montrent qu’il faut de la vie sur le territoire et qu’il faut donc utiliser les outils d’aujourd’hui comme dans les grandes villes.

Des maires, parfois agriculteurs, ont à coeur d’avoir une école à jour, même quand il y a peu de classes. Tout part de l’ambition politique et de l’énergie !

5. Quel est le rôle de CIT ?

Nous sommes 2 à CIT, un pour la maintenance de l’équipement et moi à mi-temps, je suis aussi DSI du Département. Pour un département comparable au Cantal, une personne suffit, à mi-temps, pour lancer le projet.

Le matériel pour le matériel n’a pas d’intérêt. Il faut partir de l’usage. Si l’on n’a pas internet ce n’est pas possible. Le projet peut se faire sur une ou plusieurs années : on offre une journée d’assistance à la maîtrise d’ouvrage pour faire une première ébauche financière et technique. On accompagne les communes, on les aide à monter un dossier de demande de subventions (nationale ou européennes) afin de financer une partie du projet. Cela fait partie de l’adhésion à CIT. C’est très pragmatique.

Ainsi, le politique fait son job et CIT facilite la mise en oeuvre concrète pour les petites communes comme pour les grands ensembles.

6. Aujourd’hui, l’ENT se généralise, le débit est satisfaisant, quelle est la suite ?

Cela fait maintenant trois ans que nous avons lancé ce projet « Écoles Numériques du Cantal ». Nous sommes désormais moins sollicités pour les écoles, les maires nous demandent de les accompagner pour faire une mise à niveau du système d’information des mairies. Affaire à suivre 🙂

Immersion à l’école numérique d’Ytrac. Entre 2 truffades. Crédits photos : Photographe MOKRANI

✌

Nous remercions Jean-Philippe Lavigne pour le temps accordé en pleine canicule.

7. Ce qu’en pensent les professeurs

Julien est directeur de l’école André Roudil à Neussargues en Pinatelle dans le Cantal et professeur en maternelle pour les tout-petits, petits et moyens.

Vieux bourg de Neussargues

Comment s’est lancé le projet Beneylu School dans votre école ?

Nous souhaitions utiliser un ENT pour communiquer avec les familles, afin de réduire les coûts (encre et papier) et faire un geste pour l’écologie. J’ai donc contacté l’administration et le responsable informatique de la circonscription. On m’a informé de la mise à disposition de l’ENT Beneylu School par le conseil départemental.

J’ai vérifié que la commune de l’école était bien adhérente à CIT, c’était le cas. On s’est donc signalé au conseil départemental. J’étais animateur informatique avant, j’ai donc pris un moment pour montrer Beneylu School à mes collègues.

Au départ, j’étais seul à utiliser le carnet de liaison et les collègues m’ont rejoint naturellement. Leur montrer Beneylu School a suffit, ils trouvaient ça pratique et se sont tous lancés.

Quelles apps utilisez-vous ?

On s’est tous mis d’accord à l’école pour utiliser le carnet de liaison, le calendrier, la messagerie et la médiathèque. Dans ma classe de maternelle on utilise le blog pour faire le cahier de vie.

Le carnet de liaison est un redoutable outil de communication : autorisation de sortie, photo de classe, kermesse… Vous êtes sûr que l’information est lue.

Les CM1-CM2 utilisent des ressources numériques en histoire-géographie, la médiathèque pour s’échanger des documents de travail. On a aussi distribué les identifiants aux parents pour qu’ils puissent se connecter.

Quels sont les usages sur Beneylu School de la maternelle au CM2 ?

En maternelle, chaque semaine, on fait une séance collective sur Beneylu School pour rédiger le cahier de vie. Les enfants choisissent une photo et la commentent, je prends les notes sur l’ENT et publie les articles.

Notre séance collective sur Beneylu School pour rédiger le cahier de vie.

Beneylu School nous sert aussi à communiquer tout ce qui est administratif. Dans les écoles, nous n’avons pas de secrétariat, c’est donc moi qui communique les informations.

Les professeurs se servent de Beneylu School pour écrire aux familles, l’inverse est aussi valable. Les CM1-CM2 s’en servent comme d’un cartable numérique.

Les parents ont des retours enthousiastes ! Ils apprécient le carnet de liaison car ils reçoivent une notification pour leur indiquer qu’il y a du nouveau. Ils n’ont pas besoin de penser à regarder s’il y a un mot à signer, ils sont immédiatement avertis.

C’est un gain de temps pour la direction. Avant, je passais presque ⅓ de mon temps à imprimer, plier, découper, faire le pied de grue devant la photocopieuse. Là, même la mairie s’y retrouve avec les économies réalisées sur les frais en encre et papier.

Notre carnet de liaison était un cahier de 96 pages chaque année, à multiplier par 60 élèves dans l’école. Maintenant, ce cahier fait la scolarité de l’élève et plus, on n’utilise qu’une dizaine de pages. Le budget consacré à la communication et l’information des familles a été divisé par 10 ! Et je fais des activités plus intéressantes que le découpage. 🙂

Nous sommes seulement 4 classes à l’école, alors j’imagine que pour les autres écoles, c’est encore plus bénéfique !

Que change Beneylu School dans la relation école-familles ?

Les parents sont demandeurs des traces des événements de l’école. Avant on leur demandait des cd vierges, des clés USB… Là on partage tout sur Beneylu School. J’ai l’impression que le lien avec les familles s’est renforcé.

Dans les écoles, on n’a pas de personnel de vie scolaire, les professeurs font classe et doivent aussi faire tourner la boutique. Beneylu School permet de partager des informations en différé, tout ce qu’on n’a pas le temps de dire le matin à 9h.

L’utilisation de l’enregistreur audio sur Beneylu School.

Pour les élèves qui viennent en ramassage scolaire, les parents ne viennent jamais à l’école. Avec Beneylu School, l’école se déplace à la maison et les parents sont informés. Au départ, j’avais peur que certaines familles n’aient pas internet à la maison. J’ai expliqué aux parents que s’ils avaient un souci pour accéder à internet, on trouverait une solution. Mais ils ont tous un accès, avec leur smartphone. Tous les parents arrivent à se débrouiller.

Les collègues aussi s’en sortent bien, Beneylu School est simple d’utilisation et la liaison avec Onde facilite les choses. On ne perd pas de temps dans la saisie des élèves. Beneylu School est notre outil de communication numéro 1 et ça marche.

Xavier, professeur en GS dans le Cantal raconte : “C’est notre conseiller pédagogique qui nous a présenté Beneylu School lors d’une animation. On utilise le site pour nos comptes-rendus de sorties, la présentation de l’école, les informations importantes… Les parents et les enfants sont très demandeurs !”.

Merci à Xavier et Julien, professeur des écoles et directeur dans le département du Cantal, pour leurs retours d’expérience.

Pour démarrer votre projet, téléchargez le dossier : L’école numérique rurale – l’exemple du Cantal

TOUT CHAUD !
À lire également
Article
Beneylu revient sur 10 temps forts de l’année 2017-2018. Lire l’article
Article
83 écoles s'apprêtent à rejoindre Beneylu School. Lire l’article
Scroll Up