Et si cette année je n’avais rien à préparer en arts ?

Ecrit par Sophie

Partie 1 : Préparons le terrain pour des séances d’arts qui dépotent !

Les arts visuels sont souvent pénibles à mettre en place de façon satisfaisante sur une année à l’école élémentaire. Pourtant, il est possible de faire progresser les élèves en suivant une méthode cohérente, des techniques artistiques imparables et cela, sans dépenses excessives de temps ou d’énergie.

artsplastiques

Nous avons peu de temps à consacrer aux pratiques artistiques à l’école primaire. Nous rechignons à prendre sur les horaires consacrés au français et aux mathématiques, à utiliser du matériel salissant et coûteux, à créer des situations génératrices de désordre.

Par conséquent, les séances d’arts visuels sont souvent redoutées et seulement ponctuelles.

Or, ces dernières années, j’ai mis en place une progression qui permet d’être efficace sans trop de temps, de matériel, ni de désordre. Pourquoi s’en priver ?

3 objectifs à atteindre

Lorsque j’ai commencé à construire cette progression, je voulais qu’au cours de l’année scolaire mes élèves puissent :

  • Acquérir un savoir faire et des techniques

Il faut qu’ils apprennent à s’exprimer de plus en plus habilement, que ce soit par le dessin, la peinture, le modelage ou tous types de travaux à plat ou en volume.

Le but est qu’ils puissent réutiliser ces techniques par la suite et non qu’ils se contentent d’appliquer une recette pour un travail ponctuel sans jamais réinvestir le savoir-faire déjà entraperçu.

Collages

Les élèves apprennent des techniques qu’ils peuvent réutiliser par la suite

Les techniques abordées sont donc de plus en plus pointues, les procédés déjà utilisés au cours de l’année sont constamment réemployés, parfois combinés. Les élèves comprennent alors peu à peu pourquoi on leur recommande de faire comme ceci plutôt que comme cela.

  • Se familiariser avec une première culture artistique

Même si je ne veux pas faire de mes élèves des érudits ou de grands spécialistes de l’Histoire de la peinture, je pense qu’il est judicieux de leur présenter des oeuvres d’arts parmi les plus connues et les plus représentatives de notre patrimoine mondial.

En effet, je considère que l’accès à une culture commune de qualité se fait d’abord – et souvent uniquement – à l’école.

Voilà pourquoi je profite de la moindre occasion pour la leur faire connaître en choisissant une oeuvre adaptée à leur âge et qui a influencé l’histoire des arts.

C’est ce qui pourra leur servir plus tard à comprendre telle ou telle référence (en littérature, mais aussi dans la publicité, dans je ne sais quelle série télé ou même dans leur vie quotidienne).

471px-Juan_Gris_-_Portrait_of_Pablo_Picasso_-_Google_Art_Project

Portrait de Picasso par Juan Gris (1912) dans le style cubiste

Choisir des oeuvres adaptées permet aussi éventuellement de leur faire aimer l’art : c’est un âge auquel ils sont très sensibles aux belles choses et où leurs goûts commencent à s’affirmer.

  • Apprendre à décrire ce qu’ils voient

Les élèves apprennent à repérer certaines caractéristiques, aussi bien sur des oeuvres qui leur sont présentées que sur des travaux de leurs camarades. Au fur et à mesure, ils emploient un vocabulaire de plus en plus précis pour les décrire.

Exprimer ce qu’ils voient leur permet de comprendre comment c’est fait. Par conséquent, progressivement et à leur niveau, cela leur permet aussi de comprendre comment eux-mêmes peuvent le faire.

Un atelier sur l’année

Cette progression est faite pour une année scolaire, soit 36 semaines.

Évidemment, rien n’est si simple dans la réalité. On ne peut presque jamais faire, dans l’année, 36 séances tranquillement, à heure fixe et sans jamais en annuler une seule (il est donc raisonnable d’envisager « seulement » une trentaine de séances au lieu des 36 théoriques).

Quand ?

Je trouve qu’une séance d’arts plastiques hebdomadaire est un bon rythme. Je la place le plus possible à la fin de la semaine, quand les enfants sont fatigués.

Elèves

C’est la récompense quand tout ce qui était prévu a été fait correctement

Le  vendredi après-midi, de préférence avant la récréation, permet d’avoir le temps de ranger le matériel sans risquer de faire sortir toute la classe en retard.

Et, dans le pire des cas, lorsque l’on  rogne sur le début de la récréation, cela motive les enfants à tout ranger vite et bien !

Avec quel matériel ?

Je voulais que cette progression puisse être adaptée à peu près à toutes les configurations de classe de cycle 2, sans qu’il y ait besoin d’une tonne de matériel, d’une salle spéciale ou d’un adulte supplémentaire.

Découpage

Se servir d’une paire de ciseaux sera toujours utile aux élèves

Je choisis donc en priorité des activités qui ne réclament pas trop d’investissement, avec du matériel basique, puisque de toutes façons, se servir d’un crayon et d’une paire de ciseaux sera bien plus utile aux élèves que d’avoir pu toucher, une fois dans leur vie, à un gadget compliqué et hors de prix.

Bien entendu, rien n’empêche l’enseignant de monter des projets exceptionnels.

Les règles d’or

Il faut aussi que les élèves s’habituent rapidement aux « règles d’or » de la classe :

  • Pendant une séance d’arts plastiques, on est quand même en classe, donc on respecte les mêmes règles que lorsqu’on fait du français ou de la découverte du monde.
  • On ne se lève pas sans autorisation, on ne se met pas à discuter avec son voisin de derrière même si c’est pour lui montrer ce qu’on est en train de faire (les copains pourront admirer notre joli dessin peu après au moment du bilan), on lève la main si on a besoin d’aide…
  • C’est la maîtresse qui décide du moment où on lance d’activité ou du moment où on en change, donc on répond impérativement à son signal (il faut alors déterminer ce signal avant et ne pas hésiter à interrompre l’activité si la classe ne réagit pas).
  • Si besoin, on déplace les tables et les chaises le plus silencieusement possible : cela demande un peu d’entrainement et il faudra faire soi-même la démonstration les premières fois…
  • On nettoie et on range le matériel utilisé dès la fin des travaux pratiques, après avoir écouté les instructions de la maîtresse : on ne nettoie pas un pinceau n’importe comment par exemple, il y a une façon particulière de le rincer, de l’égoutter et un endroit où il doit être rangé ensuite.
salle de classe

Tout ce qui a été déplacé doit être replacé à la fin de la séance

De l’acquisition de savoir-faire à la découverte d’oeuvres d’art connues, les élèves sont sensibilisés à l’art. Votre classe est prête à passer à l’action !

La suite mercredi 18 mai dans : « Une séquence de A à Z »

J'ai des élèves, des chats, un blog et une vie de famille tous aussi passionnants. J'adore le dessin et la peinture, en pratique comme en théorie. J'illustre aussi des livres.

Crédits photo : Phi – Chester Dale Collection – Pexels – Juan Gris via Wikimedia Commons

D'autres antisèches par ici :